Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • "Le Père", de Florian Zeller, avec Robert Hirsch, au théâtre Hébertot

    aff_lepere.jpgN’est-on pas censé devenir, un jour, le parent de nos parents ?

    André n’est plus tout jeune. C’est ce qui pousse Anne, sa fille, à lui proposer de s’installer dans le grand appartement qu’elle occupe avec son mari. Elle croit ainsi pouvoir aider ce père qu’elle a tant aimé et qui la fait toujours rire. Mais les choses ne se passent tout à fait comme prévu : celui qui pose ses valises chez elle se révèle être un personnage étonnant, haut en couleur, et pas du tout décidé à renoncer à son indépendance?

    Elle voudrait bien faire, mais découvre qu’elle n’est pas au bout de ses peines? On n’accepte pas si facilement de devenir, un jour, l’enfant de nos enfants. 
    Dans la lignée de La Mère, pour laquelle Catherine Hiegel a reçu le Molière de la meilleure actrice en 2011, et après La Vérité, qui a rassemblé autour de Pierre Arditi près de 5 millions de téléspectateurs, Florian Zeller confie au grand Robert Hirsch le rôle principal du Père. 
    Pour ce tête-à-tête comique et émouvant entre un père et une fille, mis en scène par Ladislas Chollat, il sera entouré d’Isabelle Gélinas.

    La Père, à l'Hébertot, du 20 septembre au 30 décembre 2012.

    Du mardi au samedi à 21H, et le dimanche à 16H.

    Réservez vos places.

    Achetez le texte de la pièce.