Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Julien Parme

Julien Parme
  • Éditeur : Flammarion
  • Année : 2006
  • «Au risque de vous surprendre, je voudrais vous raconter ce truc incroyable qui m'est arrivé l'année dernière. C'est pas pour me vanter, mais des trucs comme ça, je vous jure, des trucs aussi incroyables que celui que je vais vous raconter, ça n'arrive pas tous les jours. Même, ça n'arrive jamais. C'est pour ça que j'en parle. Parce que moi, je ne suis pas du genre à baratiner les autres avec ma propre vie. Question de style.»

    Avec humour et panache, Julien Parme, du haut de ses quatorze ans, nous entraîne dans une fugue picaresque et jubilatoire où résonnent les vertiges et les doutes des premiers instants de liberté.


    Florian Zeller, Prix Interallié 2004 pour La Fascination du pire, est l'auteur de trois romans traduits dans une dizaine de langues. Sa nouvelle pièce sera jouée à l'automne à la Comédie des Champs-Élysées.

    Extrait du livre:
    Pourquoi je vous raconte tout ça ? Ah oui, à cause d'Antoine Cheval. Quand je suis arrivé à Saint-Dié, il avait pas de voisin de cours. C'était le seul à pas en avoir, de voisin de cours. À croire que personne voulait s'asseoir à côté d'un type comme lui. De toute façon, un type comme Antoine Cheval, ça vous donnait pas envie d'en faire un ami. C'est pour ça que je me suis retrouvé à lui parler. Parce que je débarquais au milieu de l'année et qu'il restait plus qu'une place de libre dans cette putain de salle de cours. La déprime. Il arrêtait pas de me parler de sa vie. C'était insupportable. Surtout qu'il s'attardait toujours sur des détails sans intérêt, genre dates de naissance et compagnie. Il devait penser que j'étais venu dans les Vosges rien que pour écrire sa bio en dix volumes. C'était tellement chiant, ce qu'il me racontait, que ça me donnait presque envie d'écouter le prof. C'est pour vous dire... Il était comme ça, Cheval ; il s'emballait pour rien. Tu sais ce que j'ai vu hier à la télé ? Et hop, il partait au galop. Sérieux. Un blaireau grand format.

    Il me faisait penser à François. Lui aussi, c'était un cas. Je me demande où ma mère l'avait dégoté. Chez un antiquaire, à mon avis. La seule chose que je savais sur lui, c'est qu'il était noble. Avec particule et tout. De Courtois. Ça avait l'air vachement important pour lui. François de Courtois. Moi, je trouvais ça assez con. À la limite, s'il avait eu un château ou un truc équivalent. Mais là, juste une particule, il y avait pas de quoi s'enflammer. Mais lui, c'était justement le genre à s'enflammer pour des conneries de ce genre

Acheter ce livre

Publié dans LES LIVRES | Lien permanent